Astuce: pour enlever cette publicité Jimdo, jetez-donc un oeil sur JimdoPro... ;-)

Informations ici

 

page 98 - déclenchement de l'accouchement par l'acupuncture - Béatrice Malivoir sage-femme, France

A ce jour, la maturation cervicale par acupuncture n'a fait l'objet d'aucun article, contrairement au déclenchement artificiel du travail dont l'étude a été largement exploitée. Cette recherche s'est donc faite sur deux années, de 1989 à 1991, à la maternité du Beffroi (Centre hospitalier universitaire de Tours.)
    A l'heure où nous parlons de plus en plus de déclenchement du travail d'indications médicales ou « de confort », nous rencontrons encore, et ce malgré de récentes thérapeutiques, des difficultés face au problème de la maturation du col de l'utérus.
Quelle est la sage-femme qui, pendant ses consultations, n'a pas ressenti une certaine impuissance face à, par exemple, une patiente en situation de dépassement de terme, porteuse d'un utérus cicatriciel et possédant un score de déclenchement (appelé Bischop) défavorable? Allons-nous lui offrir une chance d'accouchement par les voies naturelles?
Comment, même si nous avons de bonnes raisons de provoquer un accouchement, ne pas penser aux contraintes de l'emploi des prostaglandines (médication employée actuellement pour maturer le col de l'utérus) et à l'épreuve même que nous allons imposer à la parturiente? Une hospitalisation obligatoire avec tous ses désagréments :
- immobilisation à jeun, sous perfusion et monitoring en continu;
- longueur de la durée de la phase de maturation et d'induction du travail;
- risques infectieux...
Sans parler du coût de la méthode.

Comment l'acupuncture, médecine millénaire, peut-elle venir en aide à la médecine de pointe qu'est devenue l'obstétrique? L'acupuncture n'est-elle pas une technique simple et séduisante pour une sage-femme, qui a pour mission la surveillance d'une grossesse et la pratique de l'accouchement physiologique? La pratique de la médecine acupuncturale permet une approche psychologique différente de la naissance. 

    Même s'il existe de bons arguments pour provoquer l'accouchement, la patiente pourra être traitée en «ambulatoire» et ne sera pas coupée de son contexte familial. Elle pourra bien mettre à profit la préparation psycho-prophylactique à laquelle elle aura participé les semaines précédentes, cette méthode n'étant pas agressive et ne faisant courir aucun risque. De plus, l'acupuncture n'a aucune contre-indication et chaque femme, sans exception, pourra aborder l'accouchement. avec sérénité.

    Au cours du traitement, la patiente est mise en confiance par la présence d'une même équipe: sage-femme, acupuncteur et obstétricien. L'équilibration énergétique étant établie avant de commencer les séances de maturation, on se trouvera face à une personne particulièrement calme, dormant et mangeant bien. Il faut souligner l'importance de la disponibilité du couple et une bonne organisation familiale car le nombre imposé de consultations (cinq ou six séances) se fait dans un temps restreint (une semaine et demie).

    Comment la sage-femme intervient-elle dans ce travail? Tout d'abord, elle est spécialisée en acupuncture (formation post-universitaire de trois ans). Ensuite elle
exerce en étroite collaboration avec l'obstétricien pour respecter au mieux le protocole établi et pour obtenir les meilleurs résultats possible. Enfin, de par ses connaissances obstétricales et son expérience personnelle, la sage-femme acupuncteur sera à même de proposer le meilleur des traitements pour chaque cas particulier. 

    Mais il faut surtout qu'elle détermine bien l'état du col de l'utérus. Si, en médecine occidentale, on s'efforce depuis peu de bien distinguer maturation cervicale et activité contractile de l'utérus, les Chinois ont compris depuis longtemps qu'un col mûr était l'étape préliminaire à l'apparition des contractions. Un col mûr ne représente qu'une suite logique à un bon équilibre énergétique dans une grossesse harmonieuse. Ainsi la sage-femme, avant tout traitement, s'attachera à faire un interrogatoire précis et un examen attentif de la patiente, afin d'établir un diagnostic spécifique acupunctural (étude du tempérament, comportement, sentiment, habitudes alimentaires, hygiène de vie, écoute de la voix, respiration). De même, elle fera la palpation des pouls, comme cela se fait dans la médecine chinoise. Cette démarche primordiale étant effectuée, on s'appliquera à respecter le protocole établi ainsi que la conduite à tenir:
- grossesse à partir de trente-sept semaines d'aménorrhée,
- acceptation de l'accouchement par voie basse,
- score de Bischop supérieur à 5.
    Le temps disponible doit être défini par l'obstétricien,les conditions locales sont déterminées par le score de Bischop et les réactions de la parturiente.

    Compte tenu de mon expérience actuelle sur ce sujet et du fait que la médecine chinoise est globale et naturelle, je pense qu'il est logique qu'une sage-femme inclue cette méthode dans sa pratique professionnelle. Elle peut créer un véritable espace acupunctural au sein de la maternité, depuis la préparation à la naissance, jusqu'en consultations prénatales et en salle d'accouchement.
L'acupuncture n'étant qu'à ses débuts, il serait fondamental que toutes les équipes obstétricales d'Europe y travaillent pour créer une émulation intellectuelle aboutissant à des rapides progrès.

    Enfin, l'avenir des sages-femmes d'Europe n'est-il pas de donner une nouvelle image de la profession qui est celle du domaine de la recherche médicale et obstétricale?