Astuce: pour enlever cette publicité Jimdo, jetez-donc un oeil sur JimdoPro... ;-)

Informations ici

 

p.261-UNE CHARTE EUROPÉENNE DE LA SAGE-FEMME

Jeannette Bessonart, Françoise Lion, Béatrice Chauvière organisatrices du  Congrès européen de sages-femmes

 

 L'intégralité de cette Charte européenne de la sage-femme est publiée en fascicule par l'association Sages-femmes du monde, en français, anglais, italien, espagnol, allemand, néerlandais.

 

 A la suite du Congrès européen «Santé périnatale et sages-femmes» organisé par l'association Sages-Femmes du monde, les 30, 31 mai et 1 er juin 1991 à Bruxelles et qui a réuni mille trois cents sages-femmes d'Europe et deux cents sages femmes hors Europe, nous avons publié la Charte européenne de la sage-femme qui a pour objectif de soutenir les sages-femmes, dans leurs analyses et actions pour l'accompagnement de la santé périnatale en Europe, et de présenter aux parents, aux responsables politiques, sociaux, aux autres professionnels de la naissance, aux médias, les objectifs de Sages-femmes du monde en santé périnatale européenne.

 

     Cette charte formule des stratégies pour un plan d'action européen à court, moyen, long terme, en vue du développement de l'accompagnement global humain et médical de la naissance.

La solidarité internationale requiert, à brève échéance l' élargissement de ces stratégies au niveau mondial, en partIculIer aux pays du tiers monde. Il est à souhaiter que les gouvernements portent une attention particulière à cette charte européenne, et qu'elle puisse être un outil de référence lors des réflexions devant conduire à l'élaboration de décrets ou de directives concernant la protection maternelle et infantile.

 

Après avoir présenté les références et les raisons qui ont soutenu la constitution de cette charte, Sages-femmes du monde développe les principes fondamentaux d'intérêt général au niveau de la santé publique périnatale et des compétences des sages-femmes; les droits et obligations des sages-femmes. En propositions sont formulés les éléments de stratégie et les priorités, présentés ci-dessous:

 

ÉLÉMENTS DE STRATÉGIE

 

Engagement des gestionnaires politiques et sociaux

 

- Pour la prévention maternelle et infantile (PMI).

 Les gouvernements nationaux, les instances européennes et mondiales doivent définir, avec les sages-femmes, une qualité de soins à garantir aux femmes enceintes, aux accouchées, à leurs enfants, en tenant compte du fait que la sage-femme, spécialiste de la naissance, est le pivot de l'instauration des niveaux d'intervention en périnatologie. La sage-femme remplit alors totalement son rôle de garantie pour le respect de l'accouchement physiologique et pour une politique de santé cohérente sur le plan humain, social, médical, économique. Pour ce faire, les gestionnaires politiques et sociaux doivent procéder à une profonde révision et un aménagement de la législation relative à la prévention maternelle et infantile afin de reconnaître les compétences médicales des sages-femmes et leurs capacités à gérer les instances de PMI sous .leur entière responsabilité, en collaboration avec les médecins  (et non sous la responsabilité des médecins).

 

_ Pour la formation des sages-femmes.

 Pour garantir une qualité de soins, les gestionnaires politiques et socIaux doivent donner aux sages-femmes les moyens de leur formation qui respectera certains objectifs:

- accès direct aux études et non spécialisation de la profession d'infirmière;

- programme d'enseignement adapté aux besoins de santé périnatale communautaire avec le respect de la maternité physiologique;.

- facilitation du développement personnel du savoir, savoir être, savoir faire, avec le respect du processus d'apprentissage dans un temps d'études suffisant (quatre années) ;

- équilibre entre formation théorique de niveau universitaire et formation pratique avec stages diversifiés dans le secteur extra-hospitalier (libéral, PMI, hôtel maternel, planification familiale, etc.) et intra-hospitalier. Ces stages pouvant être nationaux ou organisés dans le cadre d'échanges internationaux.

Les directrices d'école ou de département d'enseignement ainsi que les professeurs de physiologie obstétricale doivent être des sages-femmes; les médecins étant les enseignants en pathologie spécialisé.

La formation de la sage-femme doit être universitaire, du niveau de la licence.

 

Engagement des instances internationales

Nous souhaitons que l'Organisation mondiale de la santé montre l'exemple de la nécessité de travailler spécifiquement avec les sages-femmes tant au niveau du Bureau régional de l'Europe à Copenhague que du siège à Genève. Il est urgent de faciliter la restitution de sa place autonome et médicale à la sage-femme, et d'approfondir la réflexion (avec évaluation) de certains sujets de santé publique périnatale dans le monde tels que:

- développement et protection du lien mère/enfant/ pere;

- développement des soins en santé périnatale;

- mortalité et morbidité maternelles; - sida.

Pour cela, l'OMS doit organiser, avec les sages-femmes praticiennes d'Europe et du monde, avec des groupes représentatifs de sages-femmes, des rencontres pour connaître leur point de vue et analyser avec elles les objectifs stratégiques en santé périnatale. L'OMS pourrait alors aider à définir des normes quantitatives de sages-femmes, des normes qualitatives (formation initiale et continue), des critères de conditions de travail et de promotion professionnelle, des modes d'évaluation de leur travail et faciliter la publication des travaux de sages-femmes.

 

Engagement des parents

Au niveau des nations et de l'Europe, des parents s'engagent (individuellement et en associations) pour mieux vivre le début de leur parentalité. Des sages-femmes participent à leurs travaux. Et cela, malgré l'orientation de médicalisation de la naissance en Europe avec ses risques de transformer les parents en «consommateurs de techniques médicales» et les professionnels en « dispensateurs de produits»

Il faut faciliter la réflexion des parents et des professionnels de la naissance sur le respect du déroulement physiologique de la maternité et la place des sages-femmes comme spécialistes et «personnes-ressources» selon la qualification faite par l'OMS.

 

Engagement des médias

Les médias ont la responsabilité d'informer en matière de périnatalité et d'informer sur la profession de sagefemme. Les diverses composantes de la société (pouvoirs publics, parents, autres professionnels médicaux et paramédicaux, etc.) doivent être informés et bien informés de la pratique professionnelle des sages-femmes pour connaître leurs spécificités professionnelles et respecter leurs pratiques.

Les sages-femmes doivent donc porter une attention particulière à leurs relations avec les médias nationaux, européens, mondiaux, en adoptant une stratégie de communication et de marketing.

La publication des recherches, travaux, expériences des sages-femmes autour de la périnatalité pourrait être davantage utilisée comme donnée de référence par les médias.

 

PRIORITÉS

 

Au niveau des gestionnaires nationaux (politiques et sociaux)

Les instances nationales (dans chacun des pays européens) devraient s'attacher à promouvoir la santé périnatale et la prévention maternelle et infantile faite par les sages-femmes. Pour cela, elles doivent veiller à l'application et à l'amélioration des textes en vigueur et de la présente charte sur la profession de sage-femme.

 

Au niveau des instances européennes

La Commission européenne doit revoir les normes minimales de formation et de pratique professionnelle édictées dans les directives européennes à propos des sages-femmes et veiller à les accorder aux normes des pays ayant les normes maximales de suivi de la maternité ainsi qu'aux nécessités de l'accompagnement global de la maternité dans les pays d'Europe. Harmoniser la formation des sages-femmes doit entraîner un relèvement des niveaux nationaux.

 

 Au niveau de l'Organisation mondiale de la santé, l' OMS devrait s'attacher tout particulièrement à restituer a la Sage-femme sa place autonome et médicale, en Europe et dans le monde. Cette organisation devrait veiller à lever l'ambiguité concernant les professions de sage-femme et d'infirmière, entretenue dans ses publications et dans le choix de ses représentants sages-femmes au sein de son organlsation par l'attribution en son sein de postes de gestion en santé périnatale à des sages-femmes, au niveau natIonal, européen, international et par la publication en deux brochures de la revue Nursing/Midwifery in Europe: Nursing in Europe pour les infirmières, Midwifery in Europe pour les sages-femmes. Cela est d'autant plus nécessaire et urgent que cette revue fait peu mention de l'obstétrique des sages-femmes d'accès direct, mais plutôt de soins dispensés par une infirmière spécialisée.

 

Au niveau des médias

Les médias devraient s'assurer de la collaboration de sages-femmes afin de donner une information complète et en harmonie avec la réalité du processus d'enfantement centré non sur la maladie mais sur la santé périnatale.

 

Au niveau des parents

Les parents (individuellement et en associations) devraient s'informer des réflexions, recherches et actions mises à leur disposition par les sages-femmes dans le cadre de l'accompagnement global de la maternité, au niveau des sages-femmes. .

 

Au niveau des sages-femmes

Les sages-femmes doivent mettre en place des stratégies adéquates à l'accompagnement global de la parentalité en période périnatale. Leurs actions seront menées:

- avec les mères et les pères, individuellement et en associa tions;

- sur les lieux de travail;

- dans des équipes pluridisciplinaires;

- dans des associations professionnelles (au niveau national, européen, international); - dans les instances gouvernementales nationales, européennes, internationales; - au niveau de l'élaboration des programmes de leur formation initiale et continue afin d'en favoriser l'évaluation.

 

 

Ces diverses priorités devraient permettre la mise en adéquation de la profession de sage-femme avec les exigences de santé publique périnatale définies dans cette charte.

 

CONCLUSION

L'échéance de l'ouverture européenne et la libre circulation qui va se faire en 1993 est déjà commencée. Les sages femmes veulent garder les moyens de pratiquer l'accompagnement global de la parentalité périnatale. Elles n'y parviendront que dans:

 

- une reconnaissance de leur profession comme autonome, spécifique, médicale; 

- un développement du suivi périnatal confié aux sages femmes; 

- la mise en place de mesures urgentes pour éliminer les facteurs qui freinent la modification rapide de la législation européenne sur la profession.

 

L'association Sages-femmes du monde s'emploiera à soutenir toutes les réflexions et les actions qui permettront la mise en application de cette Charte européenne de la sage-femme.

L'Europe a et aura la maternité et les sages-femmes qu'elle mérite.

 

Souhaitons que les sages-femmes puissent réellement exercer leur profession au service de la santé périnatale dans l'Europe unifiée et dans le monde.

 

 

Article ajouté le 2008-07-02 , consulté 39 fois

Commentaires


Poster un commentaire

 



http://



Merci de recopier le nombre présent à gauche dans la case de texte ci-dessous ( Pourquoi ? ) 




Liens

Voir les articles de la catégorie " Le livre "paroles de sages-femmes"-Bruxelles1992 "

Imprimer cet article 
 Partager sur Facebook

Retour aux articles